L’organisation fondamentaliste catholique polonaise Ordo Iuris, liée au réseau sectaire traditionaliste TFP (Tradition, Famille, Propriété) a récemment annoncé la création d’une branche espagnole.

Une offensive internationale

               L’expansion de cette organisation a lieu dans un contexte d’internationalisation de l’offensive réactionnaire contre les droits fondamentaux, en premier lieu des femmes et des personnes LGBT+.

En Pologne, où elle a son siège, Ordo Iuris a exploité sa proximité avec les autorités pour pousser son programme fondamentaliste : interdiction complète de l’avortement, répression contre les minorités sexuelles et de genre, interdiction de l’éducation sexuelle dans les écoles…

               Son implantation en Espagne risque d’augmenter la forte polarisation politique et les attaques des milieux conservateurs contre la ministre de l’égalité, qui a présenté un projet de loi visant notamment à faciliter l’accès à l’IVG et à rendre l’éducation sexuelle obligatoire dans les écoles.

               Des rencontres avec des dirigeants d’universités catholiques confirment qu’OI cherche à poursuivre sa stratégie de former des cadres, déjà tentée en Pologne avec la création d’une université privée, et suivant l’exemple de leurs alliés nord-américains. Aux Etats-Unis, cette stratégie a mené à l’infiltration de juristes ultra-conservateurs dans les tribunaux, jusqu’à la Cour Suprême, menaçant le droit à l’IVG.

alliance avec l’extrême-droite

               En outre, Ordo Iuris confirme sa proximité avec l’extrême-droite : le responsable de la branche espagnole d’OI est assistant à l’assemblée de la région de Murcie du groupe politique de Vox, parti autoritaire prônant un Etat confessionnel fondé sur les « valeurs chrétiennes ».

Cette alliance entre les fondamentalistes religieux et l’extrême-droite politique est un danger pour la démocratie et les droits fondamentaux.

Le réseau laïque européen appelle à la vigilance face aux activités de ces organisations, et à défendre la séparation des religions et des autorités publiques, garante des libertés et droits fondamentaux.