Selon un rapport récent, des politiciens du monde entier utilisent la religion pour restreindre les droits reproductifs.

Le rapport Welcome to Gilead : pronatalism and the threat to reproductive rights (Bienvenue à Gilead : le natalisme et la menace pour les droits reproductifs) met en garde contre les « courants extrémistes, religieux et nationalistes » qui conduisent à des restrictions des droits reproductifs dans des pays comme la Pologne et qui « se répandent dans le monde entier ».

Le rapport, publié par Population Matters à la fin de l’année dernière, constate que « les gouvernements et les politiciens veulent maintenant que les femmes aient plus d’enfants, et certains ont recours à la coercition pour atteindre cet objectif ».

Les politiciens nationalistes peuvent être motivés par la crainte qu’un faible taux de natalité n’entraîne une perte de pouvoir national, ou que des groupes minoritaires ayant un taux de fécondité plus élevé ne « gomment » la culture de la majorité ethnique ou religieuse existante, selon le rapport.

Le rapport indique qu’une vague de « nationalisme blanc chrétien » a déferlé sur les anciens pays communistes d’Europe de l’Est et que les hommes politiques de la région ont profité de l’incertitude liée à l’évolution démographique pour renforcer le soutien à leurs « politiques nationalistes et religieuses », notamment les politiques anti-choix.

Par exemple, en Pologne, l’organisation catholique extrémiste Ordo luris a appuyé les affirmations du gouvernement selon lesquelles les femmes « choisissent égoïstement leur carrière au détriment de leur devoir de préserver la nation par la procréation ». Le ministre de l’éducation, Przemysław Czarnek, a déclaré que les femmes devaient donner la priorité à la maternité plutôt qu’à leur carrière car c’est ce que « Dieu leur a demandé de faire ».

En outre, le gouvernement a engagé un théologien catholique anti-contraception pour concevoir le nouveau programme d’éducation sexuelle de la Pologne, qui ne mentionne le mot « sexe » que deux fois, mais le mot « famille » plus de 170 fois.

La répression en matière de droits reproductifs vaut aujourd’hui à la Pologne d’être classée au dernier rang de tous les pays dans l’atlas des politiques de contraception du Forum parlementaire européen pour les droits sexuels et reproductifs.

Le rapport souligne également le rôle de la religion dans la restriction des droits reproductifs en Russie. En 2010, le parlement russe a créé un groupe de travail comprenant des membres de l’Église orthodoxe et visant à réduire le nombre d’avortements. Suite à cette collaboration politico-religieuse, une loi de 2012 exige que les femmes qui souhaitent avorter soient soumises à une séance de « conseil », qui dans de nombreux cas doit avoir lieu avec un prêtre, dans le but de les dissuader de la procédure.

Les nationalistes chrétiens des États-Unis ont des liens étroits avec leurs homologues européens, ce qui, selon le rapport, est en partie dû au Congrès mondial des familles (WCF), fondé par des chrétiens américains de droite et des Russes conservateurs. Le WCF organise régulièrement des rassemblements pour ses adeptes internationaux sur des sujets tels que « l’hiver démographique » et les valeurs familiales « naturelles ».

Le rapport fait également référence au rôle de l’Islam dans les politiques anti-choix. En Iran, d’éminents religieux se sont inquiétés du faible taux de natalité au sein de la population musulmane chiite. L’Iran étant gouverné par des religieux chiites, le maintien d’une majorité chiite est important pour l’avenir politique du régime. Dans un discours prononcé en 2013, le « Guide suprême » de l’Iran, Ali Khamenei, a déclaré que la reproduction était le « jihad des femmes », c’est-à-dire leur devoir religieux. Les récentes réformes en Iran ont permis de réprimer l’avortement et de rendre illégal le contrôle gratuit des naissances.

Le rapport explique également comment les politiques ethno-nationalistes ont entraîné l’oppression des minorités religieuses. Par exemple, les musulmans ouïghours en Chine ont été soumis à des avortements forcés, à des stérilisations et à des contraceptifs à long terme dans le cadre de l’objectif chinois d’ « amélioration de la qualité de la population ».

Le rapport recommande aux décideurs politiques nationaux et internationaux de « maintenir un engagement absolu en faveur de l’égalité des sexes et de l’ensemble des droits et de la santé sexuelle et reproductive ».

Megan Manson, responsable des politiques et de la recherche de la National Secular Society, a déclaré : « Ce rapport jette une lumière importante sur les alliances entre les groupes religieux purs et durs et les gouvernements nationalistes, qui s’avèrent désastreuses pour les droits de l’Homme et la santé reproductive.

Il révèle que les institutions religieuses apportent trop facilement leur soutien à des politiques sinistres conçues pour modeler la population selon leurs désirs, au détriment des droits et des libertés des femmes et des minorités.

Les parties prenantes internationales ne doivent pas avoir peur d’identifier et de dénoncer le rôle de la religion dans ces formes d’oppression, et de contribuer à stopper la tendance à l’élaboration de politiques régressives anti-choix. »

Article initialement publié sur le site de la National Secular Society